Sélectionner une page
Mes débuts en tant que sportif professionnel

Mes débuts en tant que sportif professionnel

L’année dernière, j’ai pris la décision de faire une pause d’une année dans mes études. J’avais la possibilité de faire mon école de recrue en tant que sportif d’élite pendant l’hiver. C’était donc l’occasion rêvée pour me consacrer à 100% au sport pendant une année. J’ai terminé la semaine dernière mon service militaire et la saison va gentiment commencer. C’est donc le bon moment pour faire un retour sur mon hiver.

Une école de recrue aménagée pour les sportifs

J’ai donc commencé mon école de recrue le 29 octobre 2018 à Wangen an der Aare avec une trentaine d’autres athlètes de sports différents. J’étais aussi accompagné de deux autres orienteurs, Joey Hadorn et Riccardo Rancan. Les trois premières semaines étaient destinées à apprendre les bases de l’armée. Marche en groupe, soins sanitaires, permis de véhicules militaires et différentes formations étaient notre quotidien pendant ces trois semaines. Nous étions à la caserne le matin et à Macolin l’après-midi pour pouvoir s’entraîner. Les premiers jours étaient un peu fatiguants! Nous n’avions pas beaucoup de sommeil.

Nous avons ensuite déménagé à Macolin. Pendant les premières semaines, nous avons eu des cours pour devenir moniteur de sport militaire. Les après-midis étaient toujours consacrés à l’entraînement. En plus de cela, nous avons pu bénéficier de plusieurs formations utiles pour des sportifs comme la nutrition, communications / médias, sponsors, massages, récupération.

A partir de Noël, nous étions beaucoup plus libres ce qui nous a permis d’augmenter la quantité d’entraînement.

 Sportif pro, un vrai travail !

Cette expérience m’a appris à être pro dans ce que je fais. Je l’étais déjà avant, mais c’était beaucoup plus difficile d’y arriver dans tous les domaines en effectuant parallèlement des études à 100%. Je peux donc optimiser au maximum ma récupération. Celle-ci commence d’abord par le sommeil. J’essaie de dormir entre 8h et 9h par nuit. Après le dîner, je fais une sieste de 15-30 min. En plus de cela, j’allais chaque semaine chez le masseur. Notre rituel du mardi soir, souvent après des intervalles, consistait à aller aux bains chauds. On faisait des aller-retour entre l’eau froide et chaude (39°C). Tout ceci grâce aux supers installations de Macolin. La nutrition est bien entendu aussi très importante. Pas besoin de trop s’en soucier, la nourriture de Macolin est très bonne ! D’autre part, je fais attention à prendre des produits de récupération ou des sandwichs (bonne contenance en protéines) après les entraînements plus intensifs.

 

Augmentation de 25% de l’entraînement

Cet hiver, j’ai pu augmenter mon volume d’entraînement d’environ 25% par rapport à l’année passée. Un chiffre assez élevé, mais je pense que le fait d’avoir beaucoup plus de possibilité de récupération m’a permis d’atteindre cette augmentation.

J’ai aussi fait beaucoup plus de force que l’année dernière. C’était en effet un objectif. L’une de mes lacunes, est ma force dans le terrain. En course d’orientation, on court la plupart du temps en dehors des chemins. Il faut donc beaucoup de force pour courir dans des terrains très mous comme des marais, myrtilles, etc. J’ai donc fait cette hiver en moyenne 2h de force par semaine. Un mélange entre renforcement du tronc, des pieds et des jambes. Par rapport aux années dernières, j’ai surtout augmenté le nombre d’entraînements avec des poids.

Voici une semaine type d’entraînement à Macolin:

 

 

Plusieurs camps d’entraînements

Pendant notre service militaire, nous étions libres pour nous entraîner dans les lieux que nous souhaitions. On est donc parti deux semaines au mois de janvier à Alicante en Espagne. Le but était d’emmagasiner des heures de course d’orientation, carte à la main, pour travailler notre technique. Malgré une petite infection à un genou dû à une épine, j’ai pu vraiment bien m’entraîner. J’ai fait environ 31h d’entraînement en deux semaines dont 150km de course (majoritairement de la CO) la première semaine. Nous étions là avec quelques suisses et l’équipe de Suède, des supers partenaires d’entraînement.

Au mois de février, nous sommes allés au centre sportif de Tenero. Cela nous a permis d’éviter un peu la neige et de nous entraîner dans de supers conditions. 

Au mois de mars, je suis parti au Portugal pour le traditionnel camp dans le sud de l’équipe suisse. En plus des nombreux entraînements, nous avons pu participer à deux compétitions WRE (World Ranking Event). J’ai pu constater que ma forme est très bonne pour la période. La technique est aussi là, même si je dois encore faire quelques réglages avant le début de la saison.

A la fin de mon service militaire, j’ai profité de rejoindre « les sprinteurs » pour un camp dans la région de Naples. En ce début de saison le sprint est un peu moins important, mais je suis parti dans le but de progresser dans cette discipline pour le futur. Je suis persuadé que cette semaine à faire que du sprint m’a beaucoup aidé dans ma technique. 

Championnat suisse de nuit

Le 23 mars, je participais à la première compétition nationale de la saison, le championnat suisse de nuit. Cette course se déroulait en départ en masse. Grâce à un très bon début de course, je me suis retrouvé dans le groupe de tête, on était quatre. Malheureusement les trois autres avaient tous la même boucle et moi une autre (système pour séparer les coureurs lors d’un départ en masse). Je me suis donc retrouvé tout seul et j’ai fait une petite erreur. Malgré cela, je finis tout de même à une encourageante 5ème place. La saison est donc bien lancée! 

Et pour terminer, une petite vidéo qui résume bien les 18 semaines passées à l’école de recrue:

Un grand merci à l’armée qui m’a donné l’opportunité d’effectuer cette école de recrue et de me soutenir encore pour les années à venir. C’est un plus dans ma carrière, qui je l’espère, fera la différence!